Arşiv

Çocuk Kitaplarımız

Sare

Strabon

Blog

May26

Quand on prenait les dents de requins pour des langues de serpents pétrifiées

 |  Kategori: Arkeoloji ve Sanat Haberleri  |  Yorum: 0 yorum

etiketler  RequinMoyen AgeSqualeGlossopètreCrapaudine

Au Moyen-Age les glossopètres étaient montées en amulettes pour porter bonheur.


Au Moyen-Age les glossopètres étaient montées en amulettes pour porter bonheur, voire même broyées en poudre pour contrer l'effet des poisons. Le naturaliste danois Sténon, au 17e siècle, a remis les pendules à l'heure...


Le collectionneur de fossiles Philip Mullaly au Musée de Melbourne (Australie) en 2018 exhibant la dent d'un requin disparu, le Carcharocles angustidens, qui pouvait faire deux fois la taille du Grand requin blanc.


Au Moyen-Age et jusqu’au début de la renaissance, on pensait que les dents de requins fossilisées étaient... des langues pétrifiées de serpents. Les observateurs de l'époque les appelaient "glossopètres". Pareilles découvertes n'étaient pas rares : ces fossiles sont relativement abondants, les squales renouvelant leurs crocs tout au long de leur vie. La croyance la plus établie voulait que ces langues de serpents avaient été changées en pierre à l'arrivée de l’apôtre Saint-Paul à Malte : il y a dans l'archipel "des sédiments de l'époque du miocène (entre -23 et -5,3 millions d'années, environ, NDLR) qui sont très riches en dents de requins", commente Guillaume Guinot, paléontologue à l'Institut des sciences de l'évolution à Montpellier (Isem).


Glossopètres et crapaudines

Le commerce des glossopètres, régulièrement extirpés du sol de Malte (même si on en a trouvé ailleurs), s'est donc développé au Moyen-Age. Ces fossiles étaient communément broyés, la poudre ainsi formée étant prétendument un bon remède contre les poisons. Autre usage : monter la glossopètre en amulette, le bijou devenant alors une sorte de porte-bonheur. Cette pratique est à rapprocher du goût qu'on avait alors pour les "crapaudines" -  elles étaient prises pour des pierres précieuses délogées de la tête des crapauds. "Il est désormais établi qu'il s'agit des dents broyeuses d’un poisson osseux fossile", reprend Guillaume Guinot. Une étude récente relève d'ailleurs que deux de ces crapaudines ont été retrouvées sur le buste reliquaire de Charlemagne à Aix-la-Chapelle.


Steensen (Sténon)- Elementorum myologiae specimen, 1669. Crédit Wikipédia/ Domaine public.

 
Le mystère des glossopètres a été levé grâce à la sagacité de Niels (ou Nicolas) Sténon, un évêque danois du 17e siècle, également naturaliste - une "double casquette" assez répandue en ce temps-là chez les membres de l'Eglise. Son apport à la géologie est très important : il a formulé différentes lois en stratigraphie sur la succession des couches géologiques qui sont enseignées, aujourd'hui encore, à l’Université.


Dans la gueule du requin, un effet "tapis roulant"
 
En comparant les prétendues langues de serpents pétrifiées aux dents de requins de son époque, Sténon a mis en évidence que les premières étaient des fossiles des secondes. Le naturaliste est l'auteur du dessin présenté ci-dessus, représentant un squale fortement anthropomorphisé, le rostre de l'animal étant semblable à un nez, il est parcouru de rides et a même une langue. Sténon n'en reste pas moins l'un des premiers à s'être intéressé à la physiologie des requins, mettant notamment en évidence la présence de plusieurs rangées de dents (on les voit ici orientées vers l'intérieur de la gueule). Leur position était un vrai casse-tête pour le Danois, qui ne voyait pas l'utilité de crocs placés vers l'intérieur de la mâchoire : c'était ne pas connaître encore l'effet "en tapis roulant" qui voit le remplacement d'une rangée de dents par une autre tout au long de la vie des squales.   
 
www.sciencesetavenir.fr
 

Bu yazı hakkında yorum bulunamamıştır. İlk yorumu siz ekleyebilirsiniz >

Yazıya Yorum Ekleyin

* Takma ad kullanabilirsiniz

* Yorumunuzda görülmeyecektir

 Evet   Hayır* Her defasında yeniden girmemeniz için